La Morita
Danseuse de Flamenco

Dés l'age de huit ans, La Morita fait ses premiers pas dans la danse. A dix huit ans elle opte définitivement pour le Flamenco.
Elle part étudier en Espagne auprès des plus grands : ManoloMarin, ConchaVargas, La Tani. Néanmoins elle considère le sévillan Jose Galvan comme son véritable maître, avec lui elle révèle sa personnalité résolument féminine.

Plus récemment ses rencontres avec des artistes tels que Israel Galvan, Mercedes Ruiz, Belen Maya ou Javier Latorre orientent sa quête vers de nouvelles formes expressives.

  • Dés 1985, La Morita se produit sur plusieurs scènes avec le groupe Almalegre.
  • En 1990, elle est remarqué par Dominique Bagouet aux hivernales d'Avignon.
  • En 1991, elle crée le Cuadro flamenco Alhucema.
  • En 1992, elle travaille dans le célèbre tablao de Barcelone
    « Los tarantos ». Cette même année elle partage la scène de l'espace Croix-Baragnon avec son propre maître Jose Galvan .A saint Sever le guitariste Merengue de Cordoba accompagne sa danse.
  • En 1996, La Morita tient le rôle féminin dans « Tauromagie » de Jean-Pierre Armand, d'après un texte de Serge Pey, sur une musique de Salvador Paterna. La même année elle crée « Izbilya » avec la chanteuse Eva Rubio et le danseur Manuel Betanzos
  • De 1997 à 1999, elle tourne avec le spectacle flamenco-taurin « Ruedo » auprès du torero Stéphane Pons, sur une musique de Manuel Rodriguez. On la retrouve aussi dans « Historia de un dia » (rencontre de la déchirure du flamenco et de la mélancolie tzigane) présenté notamment au Festival d'art flamenco de Mont de Marsan
  • En juin 1999, une nouvelle version de « Tauromagie » est proposée au public d'Odyssud (Blagnac) sur une musique d'Antonio Ruiz.
  • Depuis 2000, La Morita tourne avec sa propre compagnie.
  • En 2003, elle collabore à nouveau avec le metteur en scène Jean-Pierre Armand en créant les chorégraphies de son spectacle « Las noches negras de Goya » dont elle est aussi l'interprète .Ce spectacle est crée au théâtre Goya de Barcelone ou il sera joué plus de neuf fois.
  • ce septacle est rejoué en 2005 à saint Pierr des cuisines dans une nouvelle version  faisant appel à 40 choristes.

La moritaDans son dernier spectacle : « Caprichos » elle dresse toute une galerie de portraits féminins, se reconnaissant dans chacun d'eux à la fois. Ce spectacle à été crée en 2007 à l'espace Bonnefoy de toulouse , puis à l'auditorium de musique de Fenouillet, ainsi qu'au Phare de Tournefeuille en 2008. Une nouvelle version voit le jour en 2009 au théâtre des Mazades de Toulouse, à St Gaudens ou encore planète Andalucia à Montreuil.

Attentive à toutes les formes d'expression, La Morita cherche à travers le langage flamenco  à tout dire tout raconter en dépassant les formes, recueillant l'essence poétique de chaque émotion.